Il était une fois la beauté : rencontre avec Stencia, photographe

C’est en rentrant de la fac, un midi, que ma colocataire m’a fait découvrir ce compte instagram au nom mystérieux : Pendere. Tout de suite, j’ai été fasciné par les photos prisent par Stencia, et par le message que j’en ai retiré : il n’y a pas une beauté, il y a des beautés. Au travers de son projet, cette jeune photographe nous rappelle que la beauté se trouve en chacun de nous, dans nos différences et notre vulnérabilité.

 

Bonjour Stencia ! Tu es donc à l’initiative du projet photo Pendere, mais tu es aussi danseuse. Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Exact ! Alors, concernant mon parcours. Je suis originaire de Valence mais ça fait quatorze ans que je vis sur Lyon. J’ai eu mon baccalauréat littéraire en 2011 puis j’ai commencé des études supérieures en communication, avec un passage éclair d’une année à Nice au début de mes études. J’ai vraiment commencé à goûter à la danse en 2012 et trois ans plus tard (en 2015) j’ai sauté le pas et je me suis installée à Paris pour faire une formation de danse professionnelle. C’était le bon moment, j’avais fini mes études et je sentais que je devais voir un peu ce qu’il se passait en dehors de Lyon. Et c’est cette même année que j’ai commencé le projet BEAUTIFUL PEOPLE : What is beauty ? maintenant disponible sur pendere et sur perebisou.format.com

 

En quoi consiste ce projet ? Comment t’en est venue l’idée ?

BEAUTIFUL PEOPLE : What is beauty ? est un projet né d’une réflexion que je me suis fait il y a deux ans. À cette époque, j’étais beaucoup sur Instagram et je trouvais qu’on pouvait facilement s’y perdre et/ou se dévaluer, avoir une image faussée de soi. Et j’ai commencé à me demander ce qu’était la beauté, et pendant deux ans j’ai essayé de comprendre son essence (et j’y travaille encore). Grâce à toutes les rencontres que j’ai pu faire, les discussions que j’ai pu avoir et les personnes que j’ai photographié j’ai compris qu’il s’agissait essentiellement de s’accepter tel qu’on est. D’accepter de lâcher-prise, d’être vulnérable et imparfait. Parce que c’est ce qui nous rend Hommes.

 

C’est important pour toi de montrer différents types de beautés ? On parle souvent des « standards de beauté », et voir un projet qui dépasse ça, ça fait vraiment plaisir !

Oui bien sûr ! C’est surtout important pour moi de montrer qu’il n’existe pas qu’un seul type de beauté, qu’il n’y a ni standard, ni règles, ni définition unique à laquelle on doit se conformer. Finalement on est ce qu’on est, et c’est très bien comme ça. 

pendere-3

 

Comment choisi-tu tes modèles, et comment se déroule les shootings ?

Au départ lorsque j’ai commencé ce projet, je choisissais les personnes que je shootais. Premièrement parce que c’était des personnes que je voulais vraiment photographier, et puis par gain de temps. À l’époque je vivais sur Paris, j’étais en cours et je travaillais à côté donc j’avais très peu de temps pour moi finalement. Et puis tout dernièrement, avec l’ouverture de @_pendere j’ai décidé de ne plus choisir. Restreindre ce projet et choisir serait un peu contradictoire je pense. J’organise des sessions, et ceux qui souhaitent y participer se présentent au lieu de rendez-vous. La démarche est plus spontanée aussi bien pour eux que pour moi car je ne sais jamais qui je vais avoir en face de moi. 

 

J’ai lu sur ta page kickstarter que tu comptais partir dans 3 autres villes européennes pour continuer ce projet… Qu’est-ce qui t’as donné envie de faire ça ?

En effet, j’ai commencé une campagne Kickstarter depuis fin septembre. BEAUTIFUL PEOPLE : What is beauty ? c’est un peu mon bébé, je travaille dessus depuis tellement de temps que j’ai envie de pousser les frontières et aller voir ailleurs. Rencontrer des personnes en dehors de la France, discuter avec eux et pousser les gens à réfléchir sur cette thématique là. Je ne cherche pas à ce que les gens soient d’accord avec moi lorsqu’ils voient mon projet photographique : la beauté reste quelque chose de subjectif, c’est propre à chacun. Je veux surtout encourager quiconque à briser les barrières mentales qu’on peut avoir concernant la beauté, afin que chacun puisse avoir sa propre perception de la chose et l’assumer.

 

Qu’est ce qui t’inspire ?

Beaucoup de choses, haha ! Je dirais que les rapports humains m’inspirent beaucoup : les gestes d’affection, les regards, l’expression du corps. En tout cas en photographie, c’est ce qui me touche le plus. 

 

Pour finir sur une jolie note… pour toi, qu’est-ce que la beauté ?

Selon moi la beauté se trouve dans nos imperfections. On est imparfaits et vulnérables, et c’est ce qui nous rend beaux. Le fait de ne pas pouvoir tout contrôler, de lâcher-prise. C’est ça pour moi la beauté. 

 

Merci beaucoup à Stencia d’avoir pris du temps pour répondre à mes questions ! J’espère que ses réponses vous auront autant interessés que moi…

N’hésitez pas à la suivre ici !

Publicités

Un commentaire sur “Il était une fois la beauté : rencontre avec Stencia, photographe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s